Comment venir chez nous?

La chimie environnementale

5 chercheurs permanents, 2 Ingénieurs d'étude et 1 Post-Doc sont impliqués dans ce thème de recherche, animé par le Docteur Bernard DAVID.

 

L’objectif est de définir un état chimique de référence des milieux naturels en étudiant la source, la réactivité et l’archivage dans l’environnement des traceurs de l’activité humaine. Il s’agit d’identifier et d’évaluer des composés organiques présents dans l'environnement, de décrire leurs transformations et leurs interactions avec les matrices naturelles, en vue de reconstituer l’évolution de la pression anthropique sur les écosystèmes par la caractérisation d’archives continentales.

 

Le rôle essentiel de l’atmosphère comme vecteur des micro-polluants organiques vers les écosystèmes est abordé par la quantification des émissions directes (chauffage urbain, transport, industrie) et des ré-émissions par les sites contaminés (sols, lacs) d’une série de composés représentatifs des sources ou de la réactivité chimique (traceurs). La dispersion de ces traceurs et leur transformation dans les eaux et les sols constituant des phénomènes complexes, ayant pour certains des conséquences considérables sur la santé humaine et l’écosystème, sont étudiées sur des sites de terrain et en laboratoire. La quantification des traceurs dans des archives continentales (sédiments lacustres ou spéléothèmes) permet une reconstitution de la contamination passée des milieux naturels.

 

L’enjeu de ces recherches concerne à la fois une meilleure compréhension de l’évolution des milieux naturels sous la pression anthropique, la définition du rôle des sols dans la préservation de la qualité chimique des eaux souterraines, la quantification de la contribution des ré-émissions de polluants organiques à la pollution de l’air troposphérique ou encore le diagnostic de l’état chimique des écosystèmes aquatiques.

 

La caractérisation des archives continentales nécessite de repousser les limites de quantification des traceurs organiques contenus dans des matrices complexes afin de pouvoir reconstituer les variation à un pas de temps suffisamment fin ; des développements méthodologiques et analytiques sont donc menés en parallèle à l’activité de recherche.

 

Exemple de quelques actions développées :


Identification des sources de POPs dans le compartiment atmosphérique :

  • sources primaires versus sources secondaires
  • traceurs spécifiques

Etude des cycles géochimiques des POPs :

  • rôle du carbone organique (carbone-suie dans l’aérosol ou colloïdes lacustres, SH dans les sols et les eaux)
  • échange aux interfaces (eau-sol ; atmosphère-sol ; eau-sédiment ; atmosphère-lac ; végétation-air)

Archivage des molécules au sein :

  • des sols forestiers alpins
  • des stalagmites, mondmilch
  • des sédiments lacustres (grands lacs alpins vs lacs d’altitude)

 

Exemple de projets de Recherche en cours et passés :

 

Des collaborations ont été établies avec :

 

Publications

Se connecter